lundi 23 novembre 2009

StumbleUpon
1 JA: L’Afrique Matrice De Notre Avenir

Récemment sur son blog, Jacques Attali a publié un article titré l'Afrique notre avenir dans lequel il présente l’Afrique comme une zone de souffrance et d’espoir. Un continent qui, malgré toutes ses souffrances, pourrait définir un partenaire indispensable pour la France. Ci-dessous un extrait de cette publication et plus bas, une des réactions à cet article.
Selon les statisticiens l’Afrique vient de franchir le seuil du milliard d’habitants : elle abrite désormais un humain sur sept, alors qu’elle n’en accueillait qu’un sur dix en 1950, et en accueillera un sur cinq en 2050, soit 2 milliards d’habitants. Ce n’est qu’un des signes qui fait de l’Afrique, principal lieu de misère, une source de croissance et la matrice de notre avenir.

L’Afrique est d’abord le lieu de toutes les souffrances: une durée de vie moyenne inférieure de 15 ans à la moyenne planétaire ; une mortalité infantile vingt fois plus élevée qu’en Europe de l’Ouest ; un taux d’exode rural le plus élevé du monde ; avec la multiplication des bidonvilles et le délabrement des infrastructures ; la moitié de son territoire, qui abrite la moitié de la population, est désertique ; une famine permanent et un manque d’eau, qui s’aggraveront avec le changement climatique, entraineront d’immenses mouvements de populations.

L’Afrique est aussi le poumon écologique de la planète : De ses forêts, qui couvrent environ 22 % du continent (et même 45 % de l’Afrique centrale, en particulier avec le bassin du Congo, deuxième forêt du monde) dépend la maitrise des gaz à effet de serre, la protection de la diversité, la stabilisation des sols, la qualité et l’écoulement des eaux.

L’Afrique est aussi un des moteurs de la croissance mondiale, avec une croissance supérieure, depuis des années, à la moyenne mondiale, et encore supérieure à 2% en 2009 contre 5% auparavant, ce qui n’est pas assez pour empêcher des millions d'Africains de retomber dans la pauvreté extrême.

L’Afrique est enfin le lieu de toutes les promesses : c’est le continent le plus riche en matières premières (pétrole, minerais, produits agricoles) ; c’est le continent le plus jeune (43 % des Africains subsahariens ont moins de 15 ans ; dans le seul Nigéria, il nait chaque année plus d’enfants que dans l’ensemble de l’Union Européenne ; l’Uganda est le pays le plus jeune du monde, avec 56% de moins de 15 ans) ; une scolarisation en pleine explosion ; une natalité de mieux en mieux maitrisée, en particulier au Maroc, en Tunisie, au Sénégal, en Afrique du Sud et au Kenya ; une espérance de vie en hausse de 16 ans depuis 1950 ; des marchés financiers qui s’ouvrent partout ; des universités qui progressent ; des connections internet bouleversées par la mise en service de deux câbles sous-marins ; des changements de mentalités incroyablement rapides; une gouvernance qui s’améliore, malgré le maintien, trop souvent, du népotisme et de la corruption.

Aussi, nous, en Europe et en particulier en France, devrions considérer l’Afrique comme un formidable potentiel de croissance, bien plus proche de nous que tous les autres géants qui nous fascinent(...)
Toujours sur l'express, la reaction de J-F Troump

Mr Attali
Votre article m’a permis de me rappeler …
Je me rappelle d’un Président africain promettant l’internet dans touts les écoles alors que beaucoup d’écoles sont encore à construire …..
Je me rappelle de ces ingénieurs français installés à l’hôtel Mandé à Bamako se foutre avec arrogance des africains qui auraient construit un barrage à l’envers ….
Je me rappelle de ce malien, un jeune sans papier au visage d’ange encadré par deux gorilles qui était dans notre avion expulsé …
Je me rappelle de cette couveuse pour nourrisson mise au placard dans une pouponnière car pas utilisée faute de moyens et/ou de connaissances….
Je me rappelle de l’un de ces pays « riches » d’Afrique (matière première, bois précieux …) et qui n’a même pas de quoi soigner sa population …
Je me rappelle de ces villageois qui récupéraient les fonds de bidon pour en faire des marmites alors que ces bidons étaient radioactifs …
Je me rappelle du fleuve Niger véritable colonne vertébrale d’une dizaine de pays qui est danger d’assèchement…
Je me rappelle de la sagesse de Tierno Bokar (Bandiagara) qui me reflète tout mon superflu et notre superflu et notre abondance de bien matériel …
Je me rappelle de cette musique d’un film d’Afrique du sud dont titre était prémonitoire « Mother Africa » ….
Je me rappelle de cette africaine qui voulait bien manger du poulet élevé industriellement car ainsi elle pourrait en mangé plus souvent (le poulet est très cher pour un africain)…
Je ma rappelle de ce poulet « bicyclette » que nous trouvions de meilleur goût …
Je me rappelle de ce vice-consul français arrivée en pays conquis et agissant sans l’accord des autorités maliennes…
Je ma rappelle des marchés de dupes pour la distribution de l’eau dans une capitale. L’entreprise française choisit sans concurrence était exonérée d’impôts (mais certainement pas de pot de vin) …
Je me rappelle de ces professeurs d’université non payés par manque de sous dans les caisses…
Je me rappelle de ces puits construits et opérationnels mais encore sous scellés dans un village isolé en attendant un accord de l’UE ….
Je me rappelle de ces accompagnateurs de voyage jetant sans se soucier des sacs poubelle dans des dunes de sable …
Je me rappelle cette agence de voyage française dite « culturelle » dont le guide monnayait des statues tard le soir, tourisme pas très équitable …
Je me rappelle de ce guide ayant bac +4 rêvant de trouver un poste à son niveau.
Je me rappelle de ce chauffeur de taxi avec bac +2 rêvant d’un autre job…
Je me rappelle de cette jeunesse bloquée dans les starting-blocks faute de course …
Je me rappelle de la scolarité devenant payante dans un pays des plus pauvres parce que le FMI le suggérait …
Je me rappelle de ces africains travaillant durement en France pour faire vivre leur famille élargie en Afrique.
Je me rappelle de Mamadou (notre équivalent de l’abbé Pierre) passant ses nuits dans les rues de Bamako pour essayer d’aider les enfants des rues …
Je me rappelle de ce malien qui m’annonçait un doublement voir plus du prix du sac de riz, crise alimentaire mondiale oblige….
Je me rappelle de ces rires spontanés et communicatifs de ces africaines drapées de dans leur boubous aux couleurs magnifiques …
Je me rappelle de ces champs de coton et des ces tissus venant d’ailleurs que d’Afrique…
Je me rappelle d’une émission de TV concernant la crise financière mondiale dont les invités étaient banquiers économistes vous étiez là Mr Attali en compagnie Mme Aminata Traoré, elle semblait en décalage par rapport au sujet traité comme si l’Afrique était sur et une autre planète …
Je me rappelle des pesticides employés sans parcimonie dans des plantations de bananes et qui venaient ensuite polluer le fleuve Niger …
Je me rappelle de la France Afrique et des magouilles …
Je me rappelle de l’arche de Zoé, des mensonges des uns et des mensonges des autres et puis au final du petit coup de main de notre pays au Président africain et de la disparition de ses opposants …
Je ma rappelle l’invasion en 4 ans de scooters chinois dans des capitales africaines…
Je me rappelle de l’inauguration officielle d’une pouponnière d’état à laquelle nous avions constaté la présence d’une autorité chinoise (Ambassade) qui avait participée financièrement au projet. Aucun officiel français n’était alors présent physiquement, pas de financement non plus. Heureusement que des associations françaises étaient elles présentes sauvant ainsi la face …
Je me rappelle de l’enterrement de Senghor …
Je me rappelle de toutes les aides pour un même projet local, des aides d’assos françaises et étrangères des aides de l’UE des aides de ville françaises …
Je me rappelle de cette course effrénée à la recherche d’aide des Présidents africains bien expliquée par Mme A.Traoré ….
Je me rappelle de ce responsable d’assos pourtant assez aguerri revenant bouleversé par ce qu’il avait observé dans un quartier très pauvre …
Je ma rappelle de cette pompe à eau offerte par un africain travaillant en Europe à son village et laissé à l’abandon faute de maintenance …
Je me rappelle de la chanson de Noah : « Les Lionnes », bel hommage au courage de la femme africaine …
Je me rappelle de blues malien d’Ali Farka Toure …
Je me rappelle de ce foisonnement incroyable de vie d’une rue d’une capitale africaine, attroupement de personnes au tour d’une même TV, un tisserand, des enfants jouant au trampoline avec une roue de voiture, un troupeau de mouton…
Je me rappelle que quelque part je dois aussi être un peu africain dans l’âme…
J-F Troump

StumbleUpon

1 commentaire:

Hapi a dit…

hello... hapi blogging... have a nice day! just visiting here....

Enregistrer un commentaire