mardi 4 octobre 2011

StumbleUpon
Tsafack Nanfosso : Professeur Ignorant ou Simple Menteur au Profit de Paul Biya?


Par Paristocrate:Le Cameroun est-il devenu la cours du roi pétaud où n’importe qui dit n’importe quoi et n’importe où ? Comment est-ce qu’un économiste de nos universités peut être autant faux et aussi confiant ? Comment est-ce qu’un économiste peut ignorer des faits de base de notre économie, mais enseigner dans nos universités ? Comment est-ce qu’un individu qui ignore les faits de sa discipline, réussi à se faire l’invité des plateaux de télévision en tant qu’expert ?

Dans le cadre d’un débat sur le développement de la chaine Africa24, le professeur d’université Roger Tsafack Nanfoso a tenu les propos suivants en réponse à un question du journaliste Babylas Boton :
Babylas Boton: Monsieur Nanfosso dites-nous, où en est le Cameroun sur le chantier du développement?

Tsafack Nanfossso : Je pense que sur le chantier du développement, on peut dire que ces cinquante dernières années ont connu une évolution croissante, bien qu’en dents de scie. On peut distinguer un certain nombre de périodes : un période des années 60 jusqu’aux années de crise, et les années de crise, 85 et la sortie 90 et en 94 avec la dévaluation. Et depuis 95 jusqu’à aujourd’hui, on a un taux de croissance positive à bon niveau, mais qui demanderait probablement à être encore plus soutenu.

Si vous voulez, en 50ans, le taux de croissance a été croissant, a subi des hauts et des bas, en oscillant sur trois grandes phases, mais le trend est positive et croissance. En moyenne, on peut dire qu’en 50ans, notre pays a eu un taux de croissance de l’ordre de 5% en moyenne.

C’est la catastrophe : voilà un professeur d’économie dans nos universités, qui affirme sans cligner des yeux : que depuis 1995, la croissance moyenne du Cameroun a un bon niveau qui doit être soutenu (I) ; qu’en 50ans, le taux de croissance a été croissance avec un trend positive (II) ; que ces 50ans dernières années la croissance moyenne du Cameroun a été de 5% (III).

Qu’est-ce qui s’est passé dans notre pays ? Comment est-ce qu’un enseignant peut être autant faux sur des questions élémentaires de base de l’économie de notre pays, mais enseigner dans nos universités ? Où sont les membres de l’opposition pour demander qu’il soit limogé immédiatement ? Où est la société civile pour crier au scandale ?

Est-ce vraiment ce que l’on enseigne aux jeunes dans nos universités ou alors, ceci n’est que le cas isolé d’un professeur qui soit est totalement ignorant de ce dont il enseigne, soit est menteur au service de Paul Biya ?

Voici ci-dessous, une figure représentative de ce qui a été la croissance dans notre pays ces 50ans dernières années :

I-Depuis 1995 la croissance moyenne du Cameroun a un bon niveau qui doit être soutenu
D’abord, ce qu’il faut savoir, c’est que la recrudescence de la croissance en 1995, n’est pas directement l’action du gouvernement Camerounais, mais une résultante de la dévaluation du FCFA qui a permis de booster le commerce extérieur et de rapporter des devises à l’Etat(1). Depuis 1995 et selon les données de la Banques Mondiale, la croissance moyenne du Cameroun a été de 3.6% et de 3,7% au mieux et, sur la même période, le taux de croissance démographique a été de2.35% ou de 2.36% au pire.

Avec es données, on aurait pu dire sans hésitation que le niveau de vie des Camerounais s’est amélioré. Cependant, quand on sait que la grandeur du coefficient de GINI pour notre pays, c’est-à-dire l’inégalité de la redistribution du revenu est de 44.6% en 2001, on est plutôt tente de conclure que les riches sont devenus plus riches(2).

De plus, pour un pays qui voudrait sortir du sous-développement, une croissance économique de 3.7% combinée à une croissance démographique de 2.36%, nous donne une croissance approximative du PIB/habitant de l’ordre de 1.34%. A ce rythme et selon la règle de 70, cela prendra plus 52ans, c’est-à-dire plus d’un demi-siècle, pour que les camerounais voient leur niveau de vie doubler. Avec ces statistiques de base, on peut conclure contrairement à monsieur Roger Tsafack : que la croissance du Cameroun été positive, mais pas bonne (3) et qu’elle ne devrait pas être soutenu, mais devrait être impérativement accrue(4).

II- La croissance moyenne du Cameroun ces 50 dernières années eu un trend positif.
Encore une fausseté : la figure ci-dessous montre sans l’ombre d’un doute, que la croissance économique au Cameroun sur ces cinquante dernières années, a eu un trend négative et la droite le représentant a sa plus grande inclinaison entre 1995-2010.

Comment se fait-il qu’un professeur d’économie dans nos universités qui est sensé enseigner les jeunes et éduquer l’opinion publique, corriger les copies et attribuer des notes, juger la qualité des mémoires et décider des admis, peut-il ignorer de telles évidences ? Imaginez un étudiant qui soutient un mémoire en affirmant que le trend a été négative sur ces 50 dernières années, quel note aura-t-il d’après-vous, selon le professeur Roger Tsafak ? Zéro.

Est-il possible que le taux d’échec dans nos universités soit plus dû à l’ignorance de certains professeurs de nos universités, qu’à la capacité intellectuelle de nos étudiants ? A vous de voir, mais la réponse est évidente.

III Ces 50ans dernières années, la croissance moyenne du Cameroun a été de 5%.
Encore une autre fausseté : ces 50ans dernières années et selon les statiques de la Banque Mondiale, la croissance économique du Cameroun a été de 3.29% au pire et de 3.44% au mieux. Comment est-ce Roger Tsafack arrive-t-il à un taux de croissance de 5% ? Sérieusement, même le ministre Louis Paul Motaze, qui est un politique, met un peu de bémol quand il avance ses chiffres. Mais c’est un économiste qui est censé être la voix de la réalité, qui parle de façon imaginaire.

Je ne vois que deux hypothèses pour expliquer l’attitude de ce soi-disant économiste : Soit il est complètement ignorant des faits de base de la discipline qu’il a la charge d’enseigner, soit il est un menteur au service d’une autre cause que l’avancement de l’éducation en économie. Mais quel que soit l’hypothèse qui s’avèrerait valide, la conclusion est la même : C’est triste, désolant et accablant ; Cet enseignant n’a pas sa place dans nos universités.

La video en question (Problème de son)
video
StumbleUpon