vendredi 19 juin 2009

StumbleUpon
6 Un Model Economique pour Abolir la Corruption

Par Africa:

La corruption on en parle tous les jours, dans les journaux, pendant les conféreces, les colloques…etc. Mais au regard des statiques et des rapports publiés par Amnesty Internationale, on dirait que plus on en parle plus elle prend de l’ampleur. Pourtant un simple model économique pourrait l’éradiquer à 90%.

L’élasticité de la corruption par rapport aux prix.
Nous savons que, la demande (acte de corruption) est élastique par rapport aux prix (somme à payer pour corrompre). Et quand la demande pour un produit est élastique par rapport aux prix, nous avons les scénarios suivants:

1. Quand les prix augmentent, la demande baisse
2. Quand les prix baissent la demande augmente.

Concrètement, supposons que hier ça coûtait 5000CFA pour corrompre un fonctionnaire, de faire avancer votre dossier, à cet instant le nombre de personnes capables et près à corrompre était de 100.

Supposons ensuite que, les fonctionnaires décident d’augmenter les prix, et fixent à 100.000CFA la somme à payer pour les corrompre d’avancer votre dossier. Comme beaucoup de personnes n’ont pas les moyens de payer cette somme, alors le nombre de personnes capables et près à corrompre va passer de 100 à 10 (c’est une estimation).

Si nous sommes d’accord sur le principe d’élastique de la corruption, il s’agit maintenant de savoir comment faire pour augmenter les prix.

La pénalité pour la corruption = Taxes pour les produits légaux
Lorsque le gouvernement augmente les taxes et impôts à payer, les prix des marchandises sur le marché augmentent. De même lorsque le gouvernement applique des sanctions strictes et sévères contre la corruption, les sommes à payer pour corrompre augmentent

Imagions qu’aujourd’hui, si un fonctionnaire se fait attraper pour avancement illicite d’un dossier, il n’y a aucune pénalité et le prix demandé par le fonctionnaire c’est 5000CFA.

Imaginons maintenant qu’une nouvelle loi est sortie, et sous cette loi, tout acte de corruption est un crime contre la nation et passible de 100 ans d’emprisonnement ferme, et accompagné d’une saisie de tous les biens personnels. Enfin supposons que cette loi est rigoureusement appliquée et tous les citoyens en sont informés.

Sous le poids de cette nouvelle loi, deux options s’offrent aux différentes parties :
1. Arrêter de faire de la corruption car c’est devenu trop risque et dangereux ;
2. Continuer de faire la corruption, mais, en demandant un prix extrêmement élevé pour le risque couru. (100.000CFA)

Si ils choisissent la première option, c’est la fin de la corruption notre problème est résolu. S’ils choisissent la deuxième option la corruption est réduite à 90%. Une combinaison de ces deux options serait toujours aussi efficace contre la corruption.

La démarche actuelle de lutte contre la corruption, repose sur plein de choses telles que : bonne gouvernance, éthique, contrôle et surveillance. Cependant, trois actions simples sont tout ce dont nous avons besoin pour éradiquer la corruption :

1. Etablir et appliquer des lois strictes et extrêmement sévères contre la corruption pour décourager les parties et augmenter les prix ;
2. Faire la publicité des lois pour informer les populations des risques et dangers de la corruption, pour que chacun inclus se risque dans la formulation de ses prix
3. Annoncer dans les media chaque fois qu’un cas est décelé et condamné, pour faire comprendre aux gens que les sanctions sont réelles, et qu’en augmentant leur prix ils n’auront pas tort.

L’augmentation des prix (somme à payer pour corrompre) est donc la clé de voûte pour lutter contre la corruption. Et comme vous pouvez le constater, la responsabilité de cette lutte repose essentiellement sur le gouvernement, les medias et (nous). Les premiers peuvent établir les lois et les appliquer, les seconds peuvent divulguer les lois et diffuser les cas de condamnations. Nous, nous pouvons tout faire faire en obligeant les deux premiers à jouer leur rôle.


StumbleUpon

6 commentaires:

Landry N a dit…

Super intéressant, du simple pragmatisme. En réalité la lutte contre la corruption consiste simplement à appliquer les sanctions. Au lieu de faire tous ces colloques, séminaires et autres sur la corruption (sans jamais parler des sanctions et risques), je suis plutôt d'avis avec Africa, qu'il faudrait parler surtout des risques et des sanctions.

Très intéressant comme point de vue, espérons maintenant que nos dirigeants comprennent cas.

Merci.

Alain S. a dit…

La loi de l'offre et de la demande au service de la lutte contre la corruption.

Paul Ella a dit…

Belle démarche dans l'analyse. Mais il faut bien qu'on se dise les choses clairement: Nos gouvernants et leurs affidés ne font rien de plus que du cinéma quand ils prétendent vouloir lutter contre la corruption. C'est de la mascarade pure et simple. Donc ne nous leurrons pas en attendant d'eux quelque solution que ce soit, étant donné qu'ils sont les concepteurs et les bénéficiaires de ces pratiques mafieuses. Je retiendrai et encouragerai à considérer davantage la dernière articulation des solutions proposées, à savoir l'action par nous-mêmes, nous à qui il reste un peu de bon sens et de patriotisme. Dénonçons systématiquement, en commençant chacun à son niveau à précher par l'exemple.

Paul Ella.

Yannick a dit…

"C'est l'action et non le fruit de l'action qui importe, vous devez faire ce qui est juste. Il n'est peut-être pas en votre pouvoir, peut-être pas en votre temps, qu'il y ait des fruits. Toutefois, cela ne signifie pas que vous deviez cesser de faire ce qui est juste. Vous ne saurez peut-être jamais ce qui résultera de votre geste,mais si vous ne faites rien, il n'en résultera rien."
(Gandhi)

Je crois que pour lutter contre la corruption la notion de ce qui est juste est vitale.

Yannick DJOKO

Yannick a dit…

"C'est l'action et non le fruit de l'action qui importe, vous devez faire ce qui est juste. Il n'est peut-être pas en votre pouvoir, peut-être pas en votre temps, qu'il y ait des fruits. Toutefois, cela ne signifie pas que vous deviez cesser de faire ce qui est juste. Vous ne saurez peut-être jamais ce qui résultera de votre geste,mais si vous ne faites rien, il n'en résultera rien."
(Gandhi)

Je pense qu'une dose de morale est nécessaire pour lutter contre la corruption.

Arsene Tatieu a dit…

Tres interressant Africa
Pour qu'il y ait sanctions effectives il faudrait que les organes de regulations et de controles jouent efficacement leur role, que la selection pour exercer dans ces offices soit rigoureuses de maniere a recruter les fonctionaires dont la probite morale ne souffre d'aucun doute
Avec des agents incorruptible et ethique ces agences travailleront dans la plus grande integrite et transparance pour le bien de tous
l'0rganisation des missions de control reguliere et inopine decouregera plus d'un gestionaire a pratiquer la corruption

Arsene Tatieu

Enregistrer un commentaire